Abonnez-vous à notre
Lettre d'information

Brève histoire du microfilm

 

Un petit rappel historique


En 1867, René Prudent Dagron présente ses « micropoints », véritables photographies sur support transparent. Grosses comme une tête d'épingle, il fallait les lire au moyen d'un microscope grossissant 3 à 400 fois.
En 1884, Georges Eastman lance la première pellicule en rouleau de 18 à 24 vues installées sur une chambre photographique.
Le premier support photographique souple en nitrate de cellulose est commercialisé par G. Eastman en 1889.
En 1894, Les frères Lumière montent une usine de fabrication de films à Lyon. Dans le même temps, ils inventent le cinématographe et construisent la première caméra et le premier projecteur d'images animées, brevetés en 1895. L'industrie du cinéma est née. Elle va considérablement faire évoluer les émulsions et les supports.
Charles Pathé et Georges Zegler élaborent et commercialisent le premier support de « sécurité » en acétate de cellulose, dit de sécurité pour sa solidité et son ininflammabilité. C'était en 1912.
En 1928, pour la première fois, les films « acétate » sont utilisés pour la reproduction de documents. Mais si le support est sécurisé, l'émulsion est instable et de qualité peu constante.

L'arrivée du microfilm


C'est en 1937 que les fabricants Kodak, Agfa, Dupont, mettent au point des émulsions orthochromatiques spécialement conçues pour la reproduction documentaire. Ces émulsions sont stables et destinées à l'archivage. Reste à trouver un support de meilleure qualité.
En 1955 le film polyester est une véritable révolution : chimiquement stable, très résistant à l'abrasion, solide, sa durée de vie est estimée à 1000 ans. Il va très vite remplacer le film acétate.

Aujourd'hui le microfilm est le support d'archivage de sécurité le plus sûr. Sa « durée de vie » est estimée à 500 ans et plus pour peu qu'il soit traité et conservé dans de bonnes conditions.

Le meilleur film pour la conservation est du type gélatino-argentique correspondant aux spécifications de l'ISO 4331 ou de l'ISO 4332, film pour l'archivage. Cette norme spécifie les propriétés physiques des films argentiques sur support en polyester, avant et après traitement, ainsi que les conditions du traitement négatif ou d'inversion, indispensable à la conservation optimale des ces films. Elle s'applique aux films de prise de vue et aux films de copie.
Le film vierge utilisé doit être conforme à NFS 20-015, NFS 20-016 et NFS 20-020

Schéma de la coupe d'un film

schéma de la coupe d'un film