Essais de navire à vapeur de Denis Papin

1707

Les bateliers de la Weser mettent en pièces le bateau de Denis Papin
gravure sur bois tirée de « Description populaire des inventions modernes » de Louis Figuier, 1877
© AKG-images

Le 25 septembre 1707, à Kassel, Denis Papin (1647-1712) s’embarqua sur la Fulda à bord d’un navire à roues de son invention pour gagner par la Weser le port de Brême, puis l’Angleterre. Mais à Münden, les bateliers de la Weser mirent son bateau en pièces. La question est débattue de savoir s’il était équipé d’une machine à vapeur ou s’il emportait simplement les plans et les pièces détachées d’une invention que Papin se proposait de mettre au point dans les milieux de la Royal Society. Quoi qu’il en soit, c’était l’épilogue lamentable de plusieurs décennies de recherches sur la propulsion par la force expansive de la vapeur d’eau.

 

Denis Papin avait commencé sa carrière en assistant l’illustre Huygens dans le perfectionnement de la pompe à vide, ce qui l’avait familiarisé avec les questions d’étanchéité. En 1675, il s’était établi en Angleterre, où il avait
construit son digesteur ou marmite à soupape (la cocotte-minute). En 1687, l’électeur de Hesse-Kassel l’avait fait venir à Marbourg pour y enseigner les mathématiques. C’est en 1690 que Papin publia dans les Acta eruditorum la première idée d’un navire où une série de « tubes à vapeur » (cylindres) actionnerait des « roues à rames » (roues à aubes) par des pistons, des crémaillères et des encliquetages. La construction fut entamée en 1704, Papin fit paraître à Kassel une Nouvelle manière pour lever l’eau par la force du feu. Il y décrivait une autre machine, la « machine de l’Électeur », une pompe à feu proche de celle de Thomas Savery, qu’il envisageait peut-être d’installer sur son bateau.

 

Parvenu à Londres en 1708, Papin n’eut guère plus de succès. Il mourut dans la gêne et l’incompréhension.

 

Robert Halleux
membre de l’Institut
directeur du centre d’histoire etdes techniques de l’université de Liège