Jean-Eugène Atget

Libourne, 12 février 1857 - Paris, 4 août 1927

« Au tambour » de la série « Enseignes et vieilles boutiques »
tirage argentique, 1908
Paris, Bnf, estampes et photographies
© cliché Bibliothèque nationale de France

Né le 12 février 1857 à Libourne dans une famille très modeste, Atget fut élevé par ses grands-parents maternels. Il s’engagea dans la Marine puis tenta d’entrer au Conservatoire. Il décrocha finalement ce concours mais, obligé de concilier ses études et ses obligations militaires, il échoua à ses examens. Rendu à la vie civile, il mena quelque temps la vie de comédien ambulant. Une affection des cordes vocales l’éloigna définitivement du théâtre. Ces échecs successifs, y compris comme peintre, le conduisirent à la décision, prise vers 1890, de se consacrer à la photographie.

 

En 1897, il commença la prise de vue systématique des quartiers anciens de Paris et de ses environs, organisant son travail en séries thématiques telles que L’Art dans le vieux Paris ou Paris pittoresque. Il vendait ses « documents pour artistes » à des peintres tels que Derain ou Utrillo mais aussi et surtout à des institutions telles que la Bibliothèque nationale et le musée Carnavalet qui lui achetèrent des milliers d’épreuves entre 1898 et 1927.

 

Le contenu documentaire de ces images pouvait servir aussi bien à l’histoire de l’art que de témoignage sur le « Vieux Paris » qui achevait alors de disparaître. Son oeuvre, derrière laquelle il disparaît puisqu’on ne sait presque rien de sa vie, évolua vers une esthétique de plus en plus subtile qui prit toute son ampleur dans les dernières années de sa vie.  

La rencontre au milieu des années 1920 avec le photographe américain Man Ray, son voisin, changea le destin de son oeuvre. Publié par les surréalistes dès 1926, il mourut le 4 août 1927 au moment où l’avant-garde s’enthousiasmait pour lui. La photographe Berenice Abbott acheta le contenu de son atelier (négatifs et tirages), l’emporta aux États-Unis où elle le fit connaître auprès de la génération de Walker Evans.

 

Son statut d’ancêtre et de précurseur de la modernité fut consacré par l’acquisition en 1968 de la collection de Berenice Abbott par le Museum of Modern Art (MoMA) de New York. En Europe, c’est à Robert Desnos, Léon-Paul Fargue ou Walter Benjamin que l’on doit les premiers textes significatifs sur ses photographies tandis que les photographes dits humanistes tels Robert Doisneau se réclamaient également de sa vision.

 

Sylvie Aubenas
conservateur en chef au département des estampes
et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France