Vote du transfert des cendres d'Emile Zola au Panthéon

13 juillet 1906

Le 13 janvier 1898, Émile Zola avait donné une dimension nouvelle à l’affaire Dreyfus, en prenant position dans L’Aurore par son « J’accuse… ! Lettre au Président de la République ». Convaincu de l’innocence de Dreyfus, écœuré par l’acquittement d’Esterhazy, l’auteur du « bordereau », il avait -violemment attaqué tous ceux qui avaient une responsabilité dans l’Affaire et l’avait transformée : « Il transfigure un événement historique… en événement mythique… son engagement ouvre la voie à l’engagement des « intellectuels » pour le combat en faveur de la Liberté et de la Vérité ».

Zola meurt dans la nuit du 28 au 29 septembre 1902 à son domicile parisien. Certains soupçonnent encore aujourd’hui une malveillance dans la défaillance technique de la cheminée qui provoque l’accident.

Son nom est pour toujours lié à celui de Dreyfus.

Le 13 juillet 1906, la Chambre vote une loi réintégrant Alfred Dreyfus dans l’armée avec le grade de chef de bataillon et le même jour demande le -transfert des cendres de Zola au Panthéon.

La cérémonie n’aura lieu que le 4 juin 1908. Alfred Dreyfus présent y sera blessé par le journaliste Louis Grégory de deux coups de feu au bras.

 

1. - Jean-Pierre Leduc-Adine, CNRS, Centre d’études sur Zola et le naturalisme. Brochure des célébrations nationales 1998, p. 184-185.

 

D.C.N.