Abonnez-vous à notre
Lettre d'information
Célébrations Nationales 2006
Avant-propos

Une célébration ? Ce mot, qui nous vient du latin celeber, nous renvoie avec cette publication à l’origine même de l’adjectif, c’est-à-dire à ce qui est fréquenté, et non pas seulement à ce qui est connu du plus grand nombre. Un peu comme si l’Histoire, après nous avoir donné à trier les faits et les hommes qui l’ont forgée, exigeait encore que l’on extraie les figures modestes d’une gloire collective, que l’on ravive les visages atténués du passé.

 

Certes, Fragonard et Corneille ne sont pas à l’article de l’oubli. Pourtant, l’occasion de fréquenter un Pierre Bayle, pionnier encyclopédiste, ou un Augustin Thierry que Chateaubriand qualifiait d’« Homère de l’Histoire », est en soi une très bonne nouvelle.

 

En retranchant de l’ombre ces « guetteurs mélancoliques » de notre culture, le nouvel an des « Célébrations nationales » projette ainsi ses lumières sur des hommes et femmes de tous temps, de toutes notoriétés et de tous talents. Et la lecture de ce catalogue nous conduit à mêler à nos jours d’aujourd’hui, un peu d’hier.

 

Aux carrefours de ces dates anniversaires donc, que l’Histoire soit interprétée à la façon d’un continuum, qu’elle soit plutôt envisagée de manière cyclique en une série capricieuse de révolutions, que sa lecture se fasse sur de courtes ou sur de longues périodes, qu’elle s’intéresse aux civilisations ou encore qu’elle suive les grands hommes au fil de l’épopée, rien de ce qui intéresse notre mémoire collective n’échappe aux Célébrations nationales.

 

Aussi cet ouvrage est-il à notre patrimoine français et européen ce qu’un almanach est à chaque famille ou individu, c’est-à-dire une sorte de rendez-vous des permanences. Et quelle chance avons-nous d’y faire de si grandes rencontres !

 

Une chimie des diversités s’opère au bonheur des pages, où l’on voit naître Mozart à quelques paragraphes seulement du Sapeur Camember. Et si l’œuvre de Christophe se porte bien de ce voisinage, il est rappelé ailleurs que notre culture occidentale serait orpheline sans les passeurs qui nous transmirent autrefois la science des Grecs, miraculeusement ressuscitée du cœur même des cendres de la bibliothèque d’Alexandrie.

 

En l’an 970 de notre ère, l’un d’entre eux, véritable Averroès français, voyait le jour en la personne de Fulbert. Ce médecin savant, fin dialecticien, obtiendra de son vivant une telle réputation que le roi capétien Robert le Pieux jugera bon d’en faire un évêque, à Chartres.

 

Quant à Benjamin Franklin, personnage illustre de l’histoire américaine, on apprend que le père fondateur des États-Unis, avant d’avoir inspiré la Déclaration d’Indépendance, passa neuf années en France pour y être entendu par son ami Voltaire comme l’inventeur du paratonnerre. Cet autodidacte génial, homme de science et grand lettré, eut peut-être l’occasion de fouler, non loin de Paris, les jardins du Château de Vaux-le-Vicomte dont l’aménagement fut jadis confié à Le Nôtre.

 

Pour finir sur une touche optimiste, rappelons que l’année 1906 commença à Paris sous un ciel plutôt clément avec les exploits de l’aviateur Santos-Dumont. L’intrépide Brésilien y fit sensation à bord de son aéroplane 14 bis avant de sillonner l’Europe sous les clameurs d’admiration. Quelques années plus tard, le public parisien aura le plaisir de découvrir sa plus prestigieuse création, exposée au Grand-Palais, l’avion Mademoiselle.

 

Plus proches de nous encore, l’on redécouvre les évocations de films aussi différents que « Et Dieu créa la femme » ou « Le Monde du silence », les peintures de Paul Cézanne et de Marie Laurencin, les destins de Joséphine Baker, Alain Mimoun et Léopold Sédar Senghor. Et nous fêterons aussi les pionniers de l’atome, sans oublier les 50 ans du premier fonctionnement de la pile atomique de Marcoule, grande conquête française.

 

La brochure des « Célébrations nationales » 2006 est donc arrivée ! Laissons-nous transporter par ce voyage culturel, artistique, savant, dans le temps et dans l’espace.

 

Renaud Donnedieu de Vabres

Ministre de la culture et de la communication